Passer a 640Go sur sa PS3 slim

Augmentez la capacité de la PS3 slim

La PlayStation 3 est disponible depuis 2006, mais les modèles vendus aujourd’hui n’ont plus grand-chose à voir avec le produit d’origine. Dernière déclinaison en date proposée par Sony, la PS3 Slim est plus fine que la première version et dispose d’un disque dur de 120 ou 250 Go, et ce, pour un prix de 279 ou 309 € respectivement. Que vous soyez ou non intéressé par le jeu, il est difficile de nier que cette console est également un média center plus que complet et équipé d’un lecteur Blu-ray.

Pour cet article, nous avons décidé de voir ce qu’il fallait faire pour remplacer le disque dur fourni de série par un modèle plus volumineux afin de transformer la PS3 en périphérique de stockage centralisé.

Sony a déjà vendu plus de 30 millions d’exemplaires de sa PlayStation 3, ce qui en fait l’un des produits les plus importants du marché des consoles. En concurrence directe avec la Xbox 360 de Microsoft et la Wii de Nintendo, elle se place en troisième position derrière celles-ci selon VGChartz.com. Le choix de la console qui trônera dans votre salon dépend de plusieurs facteurs. Il est toujours possible qu’un jeu auquel vous tenez absolument ne soit disponible que sur un seul support, auquel cas votre choix est fait. Les trois produits se différencient toutefois par leurs caractéristiques. La Wii, par exemple, vise avant tout le fun ; elle ne prend pas en charge la vidéo HD, l’audio numérique ni les technologies plus sophistiquées. La Xbox 360 est à mi-chemin entre le monde des PC et celui des consoles de jeux, dans la mesure où elle fournit un certain nombre d’interface avec Windows Media Center sur PC conventionnel. La PlayStation 3, quant à elle, est équipée d’un lecteur Blu-ray et d’un matériel légèrement plus puissant. D’un point de vue purement technique, cette dernière est la plus avancée.

La PS3 et la Xbox 360 sont toutes deux des média centers, mais nous nous concentrerons pour cet article sur la console de Sony. Comme nous l’avons déjà dit plus haut, les modèles actuels sont livrés avec un disque dur de 120 ou 250 Go ; cela conviendra probablement à la plupart des utilisateurs, mais ceux qui désirent stocker l’ensemble de leurs photos, musique et vidéo, surtout si elles sont en HD, arriveront très vite à court de stockage. Fort heureusement, le disque dur de la PS3 Slim est remplaçable. Aujourd’hui, nous vous indiquons comment extraire le modèle 250 Go et le troquer pour un 640 Go flambant neuf.

La Sony PlayStation 3 Slim

Nous avons utilisé une PlayStation 3 Slim 250 Go équipée du firmware version 3.30, soit le plus récent à l’heure où nous rédigeons ces lignes. Contrairement aux versions précédentes (jusqu’à la 3.15), celui-ci ne permet plus d’installer de distribution Linux. Le système d’exploitation de la PlayStation 2 ne fonctionne quant à lui plus depuis fin 2007 et le lecteur de cartes n’est plus intégré : il doit désormais être acheté séparément.

La PS3 Slim est équipée d’une version gravée en 45 nm du Cell, un processeur 64 bits conçu pour gérer les graphismes et décoder la vidéo. Le Cell est composé de huit « Synergistic Processing Elements » (SPE) couplés à un module PowerPC nommé « PowerPC Processing Element » (PPE). Ces éléments se partage la mémoire, le bus et l’interface. Sur le Cell de la PS3 de base, cadencé à 3,2 GHz, seuls sept SPE étaient fonctionnels, probablement pour des raisons de yield. Le NVIDIA RSX 550, basé sur le core NV47 (GeForce 7800) se charge de la partie graphique ; il est aujourd’hui gravé en 45 nm, alors que les premières versions l’étaient en 90 puis 65 nm. Grâce à ces diverses améliorations matérielles, la PlayStation 3 Slim consomme deux fois moins (moins de 100 watts) que la première PS3 et est maintenant relativement silencieuse.

La console est équipée d’un navigateur, d’interfaces réseau Ethernet Gigabit et WiFi, ainsi que du Bluetooth (utilisé pour les manettes Dual Shock 3) et de deux ports USB 2.0. C’est peu quand on sait que ces interfaces sont employées par toute une série de choses, de la sauvegarde du système sur un périphérique de stockage externe à la caméra PlayStation Eye en passant par le tuner DVB-T PlayTV ou encore les microphones Sing Star. Ces derniers existent toutefois aussi en version sans fil.

Bien que la PS3 ne soit plus hors de prix comme c’était le cas au tout début, nous nous devons d’exprimer notre déception face au contenu de la boîte : en guise d’accessoires, Sony ne fournit qu’un câble vidéo composite équipé de connecteurs audio cinch… franchement dommage pour un lecteur Blu-ray Full HD. Si vous désirez un niveau de qualité acceptable, allez vous acheter un câble HDMI et/ou utilisez les sorties audio numériques pour relier la console à votre chaîne hi-fi.

Remplacement du disque dur :
Check list


Le remplacement du disque dur de la PS3 est une opération relativement simple : fort heureusement, Sony n’a mis en place aucune restriction à ce niveau. Tout disque dur SATA 2,5" d’une épaisseur de 9,5 mm fera l’affaire. Notez que cela exclut d’office bon nombre de modèles 750 Go ou 1 To, qui seront trop épais. La plus grande capacité disponible à l’heure actuelle en 9,5 mm est 750 Go, mais les modèles 500 et 640 Go offrent un bien meilleur rapport capacité/prix. Pour cet article, nous avons utilisé un disque dur Toshiba MK6465GSX, un disque SATA 2,5" de 640 Go affichant une vitesse de rotation de 5400 tr/min.

Pour les PS3 Slim déjà utilisées

La PlayStation 3 Slim n’a besoin que de son firmware pour démarrer. Toutes les autres données sont stockées sur le disque dur. Si vous remplacez celui d’une PS3 neuve, vous pouvez passez la page suivante, qui décrit le processus de sauvegarde. Si vous travaillez sur une PS3 déjà utilisée, vous devrez toutefois copier le firmware et toutes les données existantes sur un disque dur externe ou une clé USB que vous brancherez sur le port USB 2.0. Vérifiez bien que le périphérique de stockage que vous utilisez dispose de suffisamment d’espace libre pour accueillir toutes les données déjà présentes sur le disque dur de votre PS3. Prévoyez également du temps, car l’opération (sauvegarde et restauration) peut prendre quelques heures.

Pour les PS3 Slim neuves

Si vous travaillez sur une PS3 flambant neuve, l’opération est plus simple : vous pouvez directement remplacer le disque dur. Il vous suffit de télécharger le dernier firmware sur le site de Sony (à cette adresse ; la version 3.30 pèse 170 Mo) et de le copier sur une clé USB, dans un dossier nommé PS3/UPDATE.

Étape 1 : sauvegarder la PS3

La sauvegarde n’est nécessaire que si vous souhaitez conserver vos paramètres et vos données. Si votre PS3 Slim est neuve ou si le fait de perdre sa configuration et son contenu ne vous dérange pas, vous pouvez tout simplement passer à la page suivante.


La page d’informations système vous indique la version du firmware installée sur votre PS3 et l’espace encore disponible sur le disque dur.


Ouvrez la page Paramètres > Paramètres système > Utilitaire de sauvegarde pour lancer le processus.


Sélectionnez l’option Sauvegarder.


Oui, nous souhaitons sauvegarder les données sur un autre périphérique de stockage. Vous avez maintenant besoin d’un disque dur externe ou d’une clé USB se branchant sur le port USB 2.0 de la PS3 et disposant de suffisamment d’espace libre pour accueillir toutes vos données.


Dans notre cas précis, la PS3 est flambant neuve, donc une clé USB de 512 Mo nous a suffit, mais cela ne sera pas nécessairement votre cas.


Branchez simplement la clé ou le disque dur sur l’un des ports USB 2.0…


…et lancez la sauvegarde. Un peu de patience et puis c’est fait.

Étape 2 : remplacer le disque dur

La baie contenant le disque dur est fermée à l’aide d’une vis. Enlevez le petit cache rectangulaire pour y accéder.

Enlevez la vis bleue pour déverrouiller la baie et la cage du disque dur. La baie elle-même est recouverte d’un cache recouvert de nombreux logos (Blu-ray, DVD, etc. jusque HDMI).

Enlevez le cache de la baie.

Voici la baie de stockage. Tirer sur la petite poignée pour extraire la cage de la PS3.

Le nouveau disque dur doit être installé dans la cage blanche. Sur cette photo, on peut voir le nouveau Toshiba 640 Go la tête en bas et déjà installé. Le disque dur se verrouille à l’aide de quatre vis.

Voilà, c’est tout. Replacez la cage dans la baie, remettez le cache de la baie en place, fixez-là à l’aide de la vis bleue puis refixez le petit cache rectangulaire par-dessus celle-ci.

Étape 3 : installer le firmware

Lorsque vous relancez la PlayStation 3 avec votre nouveau disque dur 640 Go, le système râle car il ne trouve pas le firmware. Le système de secours vous demande alors de redémarrer après avoir branché le support contenant la sauvegarde du firmware sur un port USB 2.0. Il peut s’agir du firmware que vous avez téléchargé sur le site de Sony ou de la sauvegarde que nous avons créée précédemment.

Important : si le nouveau disque dur contient des données, celles-ci seront effacées. Cela paraît assez logique, mais mieux vaut le signaler. Vous devez confirmer en maintenant les boutons Start et Select de la PS3 enfoncés simultanément pendant quelques secondes.

Nous sommes sur le point d’installer le firmware version 3.30.

Nous attendons maintenant que le système procède à l’installation du firmware, ce qui prend quelques minutes. Notez que le processus décrit sur cette page ne concerne, pour l’instant, que le firmware de la PS3, qu’il s’agisse de celui que vous avez téléchargé ou de celui que vous avez sauvegardé précédemment. Les données viendront plus tard, leur restauration devant s’effectuer sur une PS3 fonctionnelle (donc munie d’une firmware). Vous aurez toutes les infos à la page suivante.

Source.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Login

Qui est en Ligne

Nous avons 6 invités en ligne

SciFi-Universe

Flux RSS des 30 dernières actualités parues sur scifi-universe.com
  • Les Jeux Vidéo de la Semaine : Le Retour du Barde ! : Sorties de la semaine 38 : du 17/09 au 22/09
    Les grosses licences font une pause cette semaine permettant aux productions plus confidentielles de se mettre en avant avec le retour d'une série que l'on attendait plus.Commençons avec les portages et la sortie en téléchargement dès lundi de Touhou : Genso Wanderer dans une version « Reloaded » sur Switch. Cette même console qui voit débarquer Undertale en téléchargement le même jour. Toujours mardi, la Vita voit arriver Pato Box tandis que le PS4 accueillie Hover : Revolt Of Gamers en téléchargement pour les deux. Le second sort d'ailleurs en téléchargement sur Xbox One mercredi et Switch jeudi. Mercredi et jeudi, Anodyne sort respectivement en téléchargement sur PS4 et Xbox One. Ensuite, c'est jeudi que le premier Sonic the Hedgehog est porté sur Switch en téléchargement. Enfin, samedi, les possesseurs de PC pourront télécharger Figment.Revenons à mardi et la sortie de la compilation Scribblenauts Mega Pack en téléchargement sur Switch, PS4 et Xbox One regroupant les épisodes Unlimited et Unmasked. Rappelons que cette série, maintenant éditée par Warner, propose d'incarner un jeune héros doté d'un crayon magique lui permettant de faire apparaître tout ce que votre imagination permet afin de résoudre des énigmes.Ce mardi est aussi le jour de sortie de Labyrinth of Refrain : Coven of Dusk en téléchargement sur PC, PS4 et Switch tout en sachant que des version boîtes seront disponibles sur console ce vendredi. Ce J-RPG tendance dungeon crawler vous permet d'incarner un livre vivant pouvant contrôler un groupe de soldats pantins afin d'explorer un dangereux labyrinthe. Des combats épiques, une armée à construire et une localisation en français vous attendent. Un jeu développé et édité par NIS. Le même jour, Transference se rend disponible sur PS4, PC et Xbox One en téléchargement. Compatible VR, ce jeu d’aventure édité par Ubisoft est l'oeuvre de l'acteur Elijah Wood via sa société de production SpectreVision en collaboration avec Ubisoft Montréal. Dans ce jeu d'aventure, vous plongez dans un thriller psychologique où l'esprit peut devenir un véritable prison quand on est victime d'étranges expériences scientifiques. Un jeu à la narration fort qui promet de proposer les points de vues différents d'une famille brisée. Un fleuron du jeu de rôle occidental, avec un fort aspect humoristique selon les épisodes, revient ce mardi avec The Bard's Tale IV : Barrows Deep en téléchargement sur PC. Un siècle après les événements du dernier épisode, les guildes d'aventuriers et de hors-la-loi sont persécutés par les Fanatiques annonçant un Mal bien plus grand. A vous de créer une équipe et de devenir le héros de cette nouvelle aventure. Dans une progression style dungeon crawler avec des combats en tour par tour, le titre promet une aventure de fantasy efficace et la personnalisation poussée de son héros comme de son équipe dans le plus pur style RPG. Une œuvre des Américains de InXile Entertainment dont des membres ont créé la série et à qui l'on doit Wasteland 2 ou Torment: Tides of Numenera. Toujours le même jour, 60 Parsecs! sort en téléchargement sur PC. Ce jeu d'aventure et de survie vous plonge dans une ambiance SF assez retro avec une grande dose d'humour où vous allez devoir faire survivre le plus possibles d'astronautes au sein d'une fusée en perdition. Vos choix seront cruciaux... Une œuvre développée et éditée par les Polonais de Robot Gentlemen.Pour terminer avec mardi, Distance se rend disponible en téléchargement sur PC. Il s'agit d'un jeu de course à l'ambiance très futuriste dont les inspirations semblent être quelque part entre WipeOut et TRON. Un titre développé et édité par les Américains de Refract Studios.Le jeu de piraterie mâtiné de fantastique Sea of Thieves propose un nouveau DLC avec Forsaken Shores à télécharger sur PC et Xbox One ce mercredi. En plus de quelques apports, l'extension propose une nouvelle zone composée d'un archipel volcaniques qui sent le souffre avec de nombreux mystères. Une production Miscrosoft développée par les Britanniques de Rare.The Gardens Between arrive en téléchargement ce jeudi sur PC, Switch et PS4. Ce jeu d'aventure à l'aspect « animation américaine » très prononcé plonge deux amis d'enfance dans une étrange dimension composée d'îles flottantes où se trouvent de nombreux objets de leur passé. Entre introspection et énigmes à résoudre, on va beaucoup en apprendre sur le duo. Une œuvre éditée et développée par les Australiens de The Voxel Agents.Si comme Daenerys, votre truc c'est d'élever des dragons alors Little Dragons Café débarquent ce vendredi sur PS4 et Switch est fait pour vous. Ce jeu de simulation vous demande donc de vous occuper d'un dragon et de tout faire pour qu'il grandisse et grossisse correctement pour ensuite vivre de folles aventures avec dans une ambiance assez enfantine. Une œuvre qui paraît chez nous grâce aux efforts de Rising Star Games.Pendant ce temps là, chez Nintendo... 
  • Le jeu de rôle Ryuutama est de retour ! : L'éditeur répond à nos questions...
    Sorti en 2013, Ryuutama avait fait son petit effet sur le marché des jeux de rôle français. Déjà, il s'agissait du premier jeu de rôle japonais a avoir le droit à une traduction en français. Et puis, le thème, l'habillage et la philosophie du tout apportait un vrai vent de fraicheur, quelque chose d'orginal qui le distinguait du tout venant...À quoi ressemblerait le jeu de rôle si ses créateurs avaient d’abord pratiqué les jeux vidéo ? Premier jeu de rôle japonais à être traduit en français, Ryuutama vous propose de jouer dans un univers fantastique nourri d’histoires de dragons, de saisons et de quêtes inoubliables. Au milieu d’une nature suscitant un émerveillement permanent, les joueurs y incarnent des voyageurs qui arpentent le monde, principalement mus par leur enthousiasme et la beauté de ce qui les entoure. Positif et original, Ryuutama se distingue notamment par son ambiance unique, au croisement de jeux vidéo comme Zelda ou Dragon Quest et de celle que l’on peut retrouver dans les productions d’Hayao Miyazaki, comme Le Voyage de Chihiro, Mon voisin Totoro ou, dans une moindre mesure, Princesse Mononoké. Loin de se concentrer uniquement sur l’opposition et les combats, on y fait des rencontres variées, y compris avec certains monstres ‒ parfois charmants, parfois redoutables ‒, on se perd, retrouve sa route, rafistole son équipement, mais aussi on partage de la nourriture ou des histoires, etc.Le public ne s'y est d'ailleurs pas trompé (et nous non plus, cf notre critique de l'époque) puisque le jeu s'est retrouvé épuisé assez rapidement. Trouver Ryuutama en boutique était devenu impossible, et le retrouver sur le marché de l'occasion était compliqué. Ce pourquoi l'éditeur, Lapin Marteau, propose en ce moment une précommande pour une nouvelle impression. Presque une nouvelle édition d'ailleurs, puisque les deux versions auront quelques différences notables, sur la forme (on passe de la couverture souple à la couverture rigide) et sur le fond (modification et clarification de règles, apparition d'une nouvelle profession,...).Pour en savoir un peu plus, nous avons contacté les Lapins Marteau (Jérôme Larré et Coralie David) pour leur poser quelques questions sur cette nouvelle impression/édition de Ryuutama.SFU : Ryuutama est sorti en français en 2013. Quel bilan tirez-vous de ces cinq ans d’existence ?Lapin Marteau : Sans surprise, on est très fiers d’avoir publié Ryuutama dans notre (toute) petite maison d’édition et, comme tu le sais, ce jeu a une importance particulière à nos yeux.C’était notre première publication et c’est peu de dire qu’elle ne s’est pas faite toute seule. Avant même l’annonce du projet, il a fallu plusieurs années pour obtenir les droits. Puis la publication a été l’occasion pour nous d’apprendre de nombreuses choses pas forcément évidentes sur le métier d’éditeur et de faire nos armes. D’une certaine façon, même le fait que le jeu soit resté épuisé pendant deux ans alors qu’on nous le demandait régulièrement est le reflet des problèmes que l’on a pu rencontrer en 2017 et de la façon dont ils ont impacté nos vies et notre travail.Mais ces difficultés ne sauraient occulter les bons moments, bien plus nombreux. Par exemple, le travail avec l’auteur original, Atushiro Okada, a été un régal. C’était très agréable de le voir s’emparer de certaines de nos créations, comme les classes supplémentaires du livret de l’écran, et nous expliquer comment lui et ses amis s’amusaient avec. On pourrait dire la même chose de la collaboration avec l’ensemble de l’équipe française. Il y a trop de monde pour tous les citer, mais on peut saluer par exemple les copains qui ont accepté de venir dès le début, notamment pour aider Jérôme à monter Lapin Marteau : Pierre Legay sur l’écran, Anthony Combrexelle, Laurent Devernay, John Grümph et Vincent Ziec sur Contes d’Orient et d’Occident, etc.Maintenant, d’une certaine façon, ce n’est que de la tambouille interne. On y repense avec nostalgie, bien entendu, mais, ce qui importe à nos yeux, c’est davantage que Ryuutama ait trouvé son public et qu’il ait inspiré d’autres jeux à son tour. On ne va pas prétendre que les impératifs économiques n’existent pas, mais quand on voit d’autres auteurs francophones expliquer que c’est une de leurs inspirations ou que l’on reçoit des messages de gens qui y jouent, entre adultes ou avec leurs enfants, on se dit que tous ces efforts ont été utiles. En fait, on est rarement plus fiers que lorsqu’on croise des rôlistes qui nous expliquent qu’ils ont découvert ou commencé le jeu de rôle avec Ryuutama.Bref, pour toutes ces raisons, on est bien contents que ce qui était au départ un pari un petit peu fou se soit réalisé. Et comme c’est un jeu que l’on a toujours envie de défendre, autant sortir une nouvelle édition et le faire !Les modifications et les ajouts, c’est des exclusivités VF ou une mise à jour par rapport à la VO ?Lapin Marteau : Les seules « exclusivités » françaises de la gamme sont, à notre connaissance, les scénarios parus dans le supplément Contes d’Orient et d’Occident, ceux que l’on a pu proposer à des magazines et, sauf erreur de notre part, l’écran. Toutefois, si les auteurs français sont d’accord et que des éditeurs d’autres pays veulent les traduire, on fera notre possible pour simplifier la vie à tout le monde. Certaines créations françaises, comme les classes supplémentaires dont nous parlions précédemment, ont été reprises dans d’autres langues.Pour te répondre plus spécifiquement sur l’édition anniversaire, une grosse partie du travail a été faite sur le texte français (fluidité, corrections, harmonisations, etc.) pour rendre la lecture plus confortable et améliorer la prise en main. On voulait notamment profiter à la fois des compétences que Coralie a apportées à Lapin Marteau depuis la première édition, et de tout ce qu’on avait appris en travaillant sur Mener des parties de jeu de rôle et Jouer des parties de jeu de rôle. Les modifications techniques sont elles surtout issues des erratas qui nous ont été transmises par Atsuhiro Okada. Elles peuvent donc être vues comme une mise à jour par rapport à la VO. On a également ajouté des points venant des échanges réguliers que l’on a eus avec lui, ou issus de l’édition américaine. Pour ces derniers, c’est une histoire un peu compliquée, mais ils avaient justement été rajoutés suite aussi à nos retours. Si Ryuutama existera d’ici peu dans cinq langues (anglais, bientôt chinois, espagnol, français et japonais), la traduction française est la seule qui a eu lieu avant l’édition anglaise et nous avons pas mal collaboré avec les éditeurs américains que nous connaissions déjà depuis quelques années. En fait, pour l’anecdote, Andy Kitkowski et Jérôme s’échangeaient déjà des tuyaux pour trouver des magasins de jeux de rôle à Tokyo il y a quinze ans.Est-il prévu de nouveaux ajouts à la gamme ?Lapin Marteau : Pour te répondre simplement : oui. Par contre, on s’excuse d’avance, mais on ne va pas trop te donner trop de détails. Cela n’a certes rien d’un secret d’État, mais on veut essayer de perdre la sale habitude de trop annoncer, trop tôt. Cela génère de la frustration pour tout le monde, et si on doit se mettre la pression, autant que ce soit sur la qualité des projets en cours. Dans les choses que l’on peut révéler, c’est qu’on travaille avec deux auteurs et deux illustrateurs de talent sur un supplément de création française. Il est en très grande partie écrit et totalement illustré, mais on ne va pas s’avancer sur une date de sortie pour l’instant, d’autant plus qu’on a d’autres ouvrages à sortir avant, dont La Boîte à outils du meneur de jeu, qui est notre priorité. D’autres choses sont en cours de discussion, à la fois avec le Japon et avec d’autres pays, mais même nous ne savons pas encore si cela va se concrétiser.Les précommandes se font sur le site de Lapin Marteau (ICI). On peut acheter le livre de base, l'écran et le recueil de scénario (ou les trois !). Si vous voulez connaître toutes les différences avec la première impression, elles sont recensées LA.Et pour en savoir plus sur le jeu, on vous renvoie à notre critique de l'époque : Ryuutama est un jeu de rôle dépaysant, qui propose une façon de jouer (et de faire jouer) éloignée des standards habituels. La passerelle voulue avec l'univers des jeux vidéo est ainsi impeccablement construite, fonctionnant à merveille grâce à un système de règles riche et précis, mais également vis à vis des références aux univers et aux mécaniques des J-RPG. Pour tout cela, Ryuutama s'impose comme une indéniable réussite, qui saura sans aucun problème surprendre tous ceux qui tenteront l'expérience. (Lire la critique complète).
  • Découvrez Versus, une chaine ciné pour les cinéphile à la recherche de contenu solide : Avec en prime, une interview du youtubeur...
    Les chaînes youtube consacré au cinéma, il y en a des pleines cagettes, au niveau qualitatif très variable (pour être poli). Une fois de temps en temps, on en trouve une qui dépasse les autres de plusieurs têtes, et là, on a envie d'en parler partout autour de nous. C'est ce qui m'est arrivé quand j'ai découvert Versus, une chaîne d'analyse cinéma dont le concept est de comparer deux films qui n'ont a priori rien à voir (leur première émission, par exemple, c'est Mad Max : Fury Road et Le Mécano de la Générale). Et c'est super bien ! Comme un exemple vaut mieux que des mots, voici une de leurs émissions. On vous laisse apprécier.Mad Max Fury Road VS Le Mécano de la GénéraleAvec seulement 8000 abonnés, on s'est dit que Versus méritait un petit éclairage, histoire de se faire connaître. Alors à notre niveau, on a décidé de faire un petit article pour présenter la chaîne. Et comme on a voulu faire les choses bien, on a contacté le vidéaste derrière ces émissions pour lui poser quelques questions. Loïc Adrien (c'est son nom) a gentiment accepté de nous répondre.​​Mini Versus : Star Wars épisode 1 VS Ben HurSFU : Avant de commencer, dites nous qui vous êtes et de quoi vous vous êtes rendus coupable ?Loïc Adrien : Je suis monteur dans la vie pro et gros fan de ciné le reste du temps. Il y a deux ans, je me suis dit queça faisait un bout de temps que je n’avais pas bossé sur un projet perso. J’ai commencé à écrire un projet de court-métrage, un post-apo qu’on pourrait tourner sur la petite ceinture à Paris, mais finalement je me suis plutôt concentré sur un autre projet, une chaine Youtube sur le cinéma : Versus. J’ai toujours aimé écrire sur les films, j’ai aussi participé à un podcast ciné avec des amis pendant des années : passer à l’analyse vidéo était donc logique.SFU : Bon,  faisons simple et efficace : c’est quoi Versus ?Loïc Adrien : C’est une chaine youtube sur le ciné qui met en parallèle deux films ayant autant de points communs que de différences. Le but n’est pas de faire de la critique, je ne vais pas comparer un bon film et un mauvais film par exemple… Le but est plus de faire des rapprochements qui ne sont pas forcément évidents à première vue, comme dans le cas de Mad Max : Fury Road et du Mécano de la Générale, de voir comment le style d’un réalisateur évolue (l’épisode sur les Die Hard), de comparer deux genres (Giallo et Slasher) ou deux époques. L’objectif est de mêler à la fois histoire du cinéma et décryptage des codes du cinéma, de comprendre la façon dont sont construit les genres, avec un côté didactique assumé. En essayant toujours d’être pertinent !SFU : Vous débarquez sur une plateforme saturé de chaîne de cinéma (de plus ou moins bonne qualité, certes, mais en profusion). Qu’est ce que vous pensez apporter par rapport aux autres ?Loïc Adrien : En fait, je n’étais pas un gros consommateur de vidéos sur le cinéma avant de m’y mettre moi-même. Donc je n’avais pas trop d’idées préconçues avant de me lancer. C’est en voyant coup sur coup LE MÉCANO et FURY ROAD que ça a fait tilt, et que je me suis dit que mettre en parallèle ces deux films serait génial. Et, en tant que monteur, je me suis régalé à mélanger les deux films. L’idée de la chaine est née là. En commençant ensuite à regarder un peu plus sérieusement ce qui se faisait sur le net (à commencer par Bits, M. Bobine, Karim Debbache ou Every Frame a painting), je me suis aperçu que la plupart ne traitait que d’un seul film par vidéo. J’ai donc commencé à chercher quels films je pourrais rapprocher, pour garder le concept de travailler sur deux films à la fois… SFU : Est-ce que vous pouvez nous décrire le processus de fabrication type d’un épisode ?Loïc Adrien : Une fois que l’idée de deux films à mettre en parallèle me vient, je note toute de suite un maximum d’idées, une possible structure de l’épisode, les ressemblances, les différences. Et ensuite, je me refais les films en continuant la prise de notes, pour trouver de nouvelles idées ou m’apercevoir que je faisais fausse route sur une comparaison…Je fais aussi ces vidéos pour avoir l’occasion d’en apprendre plus sur des films que j’aime : c’est donc l’occasion de regarder les bonus, les commentaires audio, des articles ou même d’autres analyses Youtube sur le sujet. Et avec toutes ces notes, je peux me lancer dans l’écriture de l’épisode. Ensuite, la phase de montage est la plus ludique. Il faut articuler extraits des films et voix off. Etre à la fois pédagogique mais aussi laisser parler les images. C’est un peu laborieux, mais quand ça prend forme, c’est jouissif. Et une fois que j’ai un premier montage cohérent, j’enregistre le commentaire définitif : c’est un pote qui s’en charge. Avec sa voix, tout de suite, le montage change de dimension et tout parait plus intelligent !SFU : Comment choisissez vous les films dont vous aller parler/que vous allez comparer ?Loïc Adrien : Je suis évidemment plutôt orienté films de genre, et j’essaye d’alterner entre films très connus et d’autres un peu moins, ou un peu oublié comme les films de De Broca. Ensuite, ça se fait au feeling, en fonction des films que je vois. Pour The Truman Show et Matrix, je n’avais pas forcément fait le rapprochement, mais après les avoir regardé, sans arrière pensée, deux soirs de suite, l’idée d’en faire un épisode est devenu évidente ! Dès qu’une possible idée émerge, je note et quand je veux me lancer dans un nouvel épisode, je vais piocher dans la liste pour voir ce qui pourrait être pertinent.SFU : Merci beaucoup !Torso VS HalloweenVous pouvez retrouver la chaîne Versus ICI. Au programme (entres autres) : The Truman Show VS Matrix, Predator VS Rambo, La nuit des mort-vivant VS Assaut,... On espère que ça vous plaira, parce que nous, on est sous le charme !

Unification France

Cinéma, Série TV, DVD - Blu Ray, Presse, Littérature : Science Fiction, Fantastique, Policier et Comédie